Comprendre la Contracture ou la Douleur Musculaire

Notre organisme contient plus de 600 muscles différents dont deux grands types de muscles: les muscles dits lisses, que nous ne contrôlons pas de manière volontaire (ex : les viscères, les intestins ou l'estomac) et les muscles striés, qui recouvrent notre squelette et permettent les mouvements, comme ceux du bras ou de la jambe. Il représente près de 40 % de notre poids de corps. Environ 570 muscles s'étendent de part et d'autre des articulations, 170 au niveau de la tête et du cou, et environ 200 dans le tronc et une cinquantaine dans chaque membre. A cela il faut ajouter une centaine de muscles reliés aux différents organes.

Les muscles sont des tissus du corps humain composés de fibres musculaires aussi longues que le muscle lui-même, qui se contractent lors des mouvements corporels. Ces fibres sont elles-mêmes constituées d'une multitude d'unités contractiles, ou les protéines (principalement l'actine et la myosine) sont organisées pour tirer sur des points d'appui et ainsi provoquer la contraction. Le muscle travaille toujours en harmonie avec un autre pour que le mouvement soit fluide. Donc, lorsqu’un muscle se contracte, un autre doit s’étirer. Les muscles doivent se maintenir en activité pour rester sain et assurer leur bon fonctionnement

L’ensemble de nos muscles sont recouverts d’un tissu conjonctif ou encore appelé "Le Fascia".     

Le fascia ou tissu conjonctif est un tissu corporel, une membrane fibreuse et malléable,  mince, presque translucide  qui s’étend partout dans le corps de la tête aux pieds. Il entoure chaque muscle, os, nerf, vaisseau sanguin et tous les organes du corps jusqu’au niveau cellulaire. Il n’y a pas de coupure entre les fascias, ils forment un réseau et sont tous reliés entre eux, comme une toile d’araignée qui parcourt notre corps. Ils servent aussi de voie de circulation au liquide lymphatique.

         Fascia 1

Le fascia favorise ainsi les glissements et les mouvements des muscles entre eux mais aussi des faisceaux et des fibres entre elles. Il participe à l’élasticité, à l’extensibilité et à la force musculaire. Il joue un rôle primordial dans la vascularisation et le drainage du muscle. Il participe aussi à la résistance du tendon et à ses propriétés de glissement.

Les fascias jouent un rôle non négligeable dans l'équilibre physiologique et, par conséquent, dans le bien-être psychique, car lors d’un traumatisme (physique, émotionnel ou viral), une opération, une inflammation ou même une mauvaise posture, le fascia change de consistance et passe d’un état liquide et souple, à une matière rigide et déshydratée. Cela provoque une source de tension sur les structures anatomiques du corps. Ce changement influence le confort et le bon fonctionnement de notre  corps. Le fascia peut exercer d’énormes pressions, produisant de la douleur et une restriction du mouvement.

Ainsi quand le myofascia (myo = muscle , fascia = enveloppe) change de consistance et devient de plus en plus épais, les déchets s’accumulent et les muscles reçoivent peu de nutriments et d’oxygène, il produit des nodules que l’on appelle des Trigger Points ou Points Gâchettes et peuvent causer une multitude de symptômes. 

Quand le corps est en tension soutenue, le myofascia provoque de plus en plus de douleur et cela irrite les nerfs sensitifs et moteurs. Plus il y a de douleur, plus le myofascia devient tendu (c’est comme une forme de protection). 

La surcharge ou la surextension d’un muscle entraîne souvent le développement de zones caractérisées par une hypoxie (diminution de la quantité d'oxygène). En raison du manque d’oxygénation, les filaments de myosine et d’actine ne peuvent plus se détacher les uns des autres. Un muscle qui est en constante tension travaille même s’il est au repos. Par conséquent un muscle sous tension demande plus d’oxygène et de nutriments et produit donc plus de déchets qu’un muscle sans tension. Cela crée dans le myofascia des Trigger Points ou points gâchettes.

Les trigger points se forment durant notre vie comme une réponse à un ou plusieurs traumatismes, stress, mouvements répétitifs, blessures sportives, maladie, mauvaise posture, etc.… 

                           Capture t points         Trigger point complex

Il existe deux types de Trigger Points : Actifs et Passifs

  • Les Trigger Points Actifs sont vraiment douloureux à la palpation et sont associés à une douleur existante et à d’autres dysfonctionnements.  Ils se développent lorsque les muscles ont subi une sollicitation qui a dépassé leur capacité. Lorsqu’ils sont traités et désactivés, les trigger points actifs peuvent passer à un état passif.
  • ​​Les Trigger Points Passifs sont moins douloureux à la palpation. À la différence des trigger points actifs, ceux qui sont passifs peuvent tout à fait passer inaperçus car ils présentent peu ou pas de douleurs si vous ne les touchez pas. Cependant, ils peuvent engendrer de la fatigue et une faiblesse sur la zone concernée. C’est le genre de point dont vous découvrez la présence lorsque vous vous faites masser. Vous ressentez alors une douleur localisée sur un point précis ou une bande musculaire. Les trigger points passifs sont  généralement provoqués par une mauvaise posture dans le travail ou la vie courante. Ils peuvent devenir actifs si les muscles concernés subissent une forte sollicitation ou un traumatisme.

Le développement des trigger points est courant. De nombreuses personnes subissent les tensions provoquées par une mauvaise posture quotidienne. En effet, au travail, pendant des heures, le corps peut se retrouver dans une position inconfortable pour les muscles (position assise prolongée, gestes répétitifs...). Cette sollicitation passive, qui se prolonge, finit par favoriser l’apparition de trigger points de type passif. Les muscles apprennent à éviter les mouvements douloureux (comme une forme de protection). 

Lorsque l’on palpe un trigger point, on ressent comme un genre de nodule entouré de cordon tendu. Occasionnellement, le muscle affecté peut être spasmé. Si le massothérapeute pince un trigger point actif ou passe directement dessus en glissant ses doigts, la personne peut avoir un sursaut (cela désigne que l’on est dessus). 

Il est important de traiter les muscles qui ont des Trigger Points? Parlez-en avec votre Massothérapeute. 

Si vous ne traitez pas ces muscles, d’autres muscles prendront la relève du muscle affaibli afin d’accomplir la fonction de celui-ci. À leurs tours ces muscles développeront des trigger points et éventuellement cesseront de fonctionner, causant ainsi une réaction en chaîne d’effets similaires et néfastes.

Quelques exemples de Douleurs Musculaires:

1. Les Muscles de l’Epaule

Pensez à tout ce qu’un être humain est capable de faire avec ses mains. La capacité des mains à pouvoir agir de multiples façons dépend directement de la force de l’articulation des épaules et de leur capacité à bouger librement. Déplacer le bras selon un nombre infini de positions demande une coordination très fine de tous les muscles impliqués. La mobilisation de chaque épaule sollicite 24 muscles et 17 sont insérés sur l’omoplate. Il est fréquent que les Trigger Points dans ces endroits entraînent des douleurs à la main, au poignet et au bout des doigts. Lorsqu’un muscle de l’épaule est affaibli et fonctionne moins bien à cause de trigger points, les muscles associés doivent prendre le relais. En raison de cette sollicitation accrue, ils s’écroulent comme des dominos. Chacun d’eux se retrouve alors avec des trigger points jusqu’à ce que tous les muscles de la région soient concernés. Les tâches simples de la vie quotidienne deviennent impossibles : se gratter le dos, se coiffer, de tourner le buste pour attacher votre ceinture de sécurité …. Si vous avez besoin de vos deux mains pour faire quelque chose, vous devez utiliser le bras valide pour lever l’autre. Une douleur constante perturbe le sommeil et a des répercussions néfastes sur le travail.

2. Les Muscles Fessiers ou Glutéaux

On pense généralement que le grand fessier n’est qu’un muscle qui sert à s’asseoir dessus. En fait, sans les muscles fessiers, on tomberait la tête la première. On ne pourrait ni marcher ni courir ni sauter ni même se lever. Des neuf muscles du fessier, le grand fessier est le plus volumineux. Des trigger points dans le grand fessier provoquent une douleur au bas du dos, au coccyx, à l’articulation sacro-iliaque et aux fesses. Le rôle du grand fessier est de permettre l’extension de la hanche, le mouvement qui permet de tendre la jambe qui est derrière lorsqu’on monte une marche. Sauter, fléchir, courir et marcher rapidement nécessite la puissance de ces muscles. Les trigger points dans le grand fessier n’envoient pas leur douleur bien loin. En fonction de l’emplacement du trigger point, la douleur sera perçue au bas du dos, à l’extérieur de la hanche etc.… Par conséquent, vous changez sans cesse de position quand vous êtes assis, à cause d’une douleur généralisée persistante et d’une sensation de brûlure aux fesses. Il est possible que vos hanches soient raides, que vous ayez du mal à vous lever d’une chaise et que vous boitiez. 

 

 Notre Corps: Le pouvoir de nos Muscles.

 

Crème Thermale PHYSIOREX.

Apaise Rapidement les Douleurs

Crème chauffante Analgésique et Myorelaxante à base d’Eau Hyperthermale du bassin d’Abano Terme. Apaise et soulage rapidement les douleurs rhumatismales, maux de dos, crampes et tensions musculaires...sans odeur. Disponible sur la boutique et dans notre Centre de Bien-Être (http://www.ozen91.com/boutique/creme-thermale-physiorex-apaise-rapidement-les-douleurs.html)

Creme physiorex thermale

    19,50€