Les Huiles Essentielles

Une huile essentielle est un corps gras volatil et odorant obtenu par la distillation de plantes aromatiques. L'huile essentielle est présente dans les feuilles, les fleurs et l'écorce de certains végétaux. Dix pour cent seulement parmi les huit cent mille espèces du monde végétal sont capables de synthétiser une essence.

Les huiles essentielles sont des produits puissants, qu’il faut utiliser avec précaution avec des restrictions spécifiques à chacune d'entre elles. Plusieurs paramètres d'ordre plus général sont à prendre en compte pour une bonne utilisation et en toute sécurité.

  • Premièrement, l’âge : les précautions ne sont pas les mêmes si l'on est un enfant, un nourrisson, une femme enceinte ou une personne âgée.
  • Deuxièmement, la voie d'utilisation : les dangers sont différents et la toxicité de certains composants plus ou moins marquée par voie orale, cutanée ou respiratoire.

Des produits très puissants!

Chaque huile essentielle est un produit naturel, ayant une répartition biochimique très variée. Une huile essentielle peut donc parfois contenir des composants allergènes, irritants, voire toxiques.

De quoi est composée une Huile Essentielle?

Une huile essentielle ne renferme pas du tout de gras, malgré ce que l’on pourrait croire. Contrairement aux huiles végétales, les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras et ne rancissent pas. Elles sont solubles dans l'huile ainsi que dans l'alcool, mais pas dans l'eau. Elle ne contient pas non plus d’eau, ni d’alcool, bien qu’elle soit très liquide. En revanche, elle est constituée de centaines de molécules. C’est ce qui rend les huiles essentielles polyvalentes, avec de nombreuses propriétés et indications, à l’inverse d’un médicament, qui ne renferme généralement qu’une seule molécule, pour une seule propriété thérapeutique. C’est aussi ce qui explique que les bactéries et les virus ne parviennent pas à développer de « résistance » aux huiles essentielles (contrairement aux médicaments antibiotiques et aux antiviraux). Elles sont trop complexes pour qu’un microbe s’y habitue, s’organise, mute en conséquence et en devienne « maître ». Ces centaines de molécules sont classées par grandes familles : les aldéhydes, les cétones, les esters, les éthers, les oxydes, les phénols, les alcools, les terpènes… Certaines huiles essentielles sont particulièrement riches en alcools, d’autres en terpènes, etc. C’est ce qui les différencie les unes des autres et leur procure leurs propriétés santé et beauté… ainsi que leurs contre-indications.

Les principales familles d'huiles essentielles

Ces centaines de molécules sont classées par grandes familles : les aldéhydes, les cétones, les esters, les éthers, les oxydes, les phénols, les alcools, les terpènes… Certaines huiles essentielles sont particulièrement riches en alcools, d’autres en terpènes, etc. C’est ce qui les différencie les unes des autres et leur procure leurs propriétés santé et beauté… ainsi que leurs contre-indications. Les composants principaux des huiles essentielles sont regroupés en grandes familles décritesci-dessous. Il est important de comprendre que ce qui va donner les propriétés à une huile essentielle, ce sont les composés majoritaires. 

Composition detaillee he 1

Bien choisir ces huiles essentielles ! Une question de qualité !

Pour profiter pleinement des bienfaits des huiles essentielles, il est primordial de privilégier des produits certifiés biologiques. Le nombre et la diversité des huiles à disposition dans les rayons des magasins ne cessent d'augmenter et le choix se fait difficile. Le prix élevé de certaines huiles incite certains industriels à ajouter au produit naturel des produits de synthèse afin de diminuer le coût. 

Si une huile essentielle est réputée pour soigner, les « arômes » synthétisés par l’industrie chimique qui remplacent les composés de l’huile essentielle n’ont pas les propriétés de celle-ci. Ces huiles synthétiques ou falsifiées peuvent en plus causer des éruptions cutanées, des brûlures, des réactions allergiques, de la nausée et des troubles digestifs.

Donc ATTENTION BONNE QUALITE + BAS PRIX = DANGER !!

L’étiquette de l’huile essentielle que vous achetez doit comporter plusieurs mentions :

  • La dénomination botanique en français et en latin : la dénomination française manque souvent de précision sur l’origine de la plante, et la distinction avec des plantes de la même famille est parfois compliquée. Le nom latin renseigne mieux sur le type de plante, et donc finalement sur les vertus de l'huile essentielle.
  • La partie de la plante distillée : feuilles, racines, fruits… Différentes parties peuvent être distillées dans une seule plante, n’offrant pas les mêmes composants biochimiques et donc les mêmes vertus thérapeutiques.
  • L’origine géographique : cette précision permet d’attester de la qualité de la plante. En effet, cette dernière peut provenir de plusieurs endroits sur Terre, mais sa qualité sera différente d’une région à l’autre.

Sans titre 8

  • Les molécules principales et le chémotype (s’il existe) : ces données permettent de connaître vis-à-vis de quel problème l’huile essentielle sera la plus efficace. De plus, les personnes allergiques à certains composants sont ainsi averties. Bien sûr, il est important d’effectuer un test allergique avant utilisation de toute nouvelle huile essentielle.
  • La culture biologique : en culture ou sauvage, les plantes ne donnent pas les mêmes propriétés, car le sol est différent, et des produits chimiques peuvent se mélanger à la culture.
  • La méthode d’obtention : il existe de nombreuses méthodes pour obtenir une huile essentielle, un hydrolat, un absolu… Il faut bien faire attention à cette notion sur l’étiquette, car certains produits sont vendus sous la mention « huile essentielle » alors qu’ils n’en sont pas.
  • La quantité en volume, avec le numéro de lot, sont également des notions importantes à retrouver sur une étiquette d’huile essentielle.

La mention H.E.B.B.D sur un flacon d’Huile Essentielle, constitue une garantie de qualité. Exigez-la ! Cette mention H.E.B.B.D définit  les trois critères fondamentaux qui assure l’origine et la nature exacte des huiles essentielles mentionnés ci-dessus:

  • l’espèce botanique exacte en latin pour éviter les confusions,
  • l’organe producteur (feuilles, fleurs, etc.)
  • la spécificité biochimique, variable selon l’époque et le lieu de récolte.

H.E.B.B.D = Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie Bandeau hebbd

Comment utiliser les huiles essentielles?

Les huiles essentielles peuvent être utilisées de trois façons: par voie cutanée, par voie olfactive et par voie digestive.

  1. Par le biais de la peau : Si les huiles essentielles peuvent être absorbées par le nez ou par la bouche, elles demeurent plus commodes à l'emploi par le biais de la peau. Les petites molécules de l'huile essentielle une fois celle-ci frictionnée sur la peau. traversent très rapidement  les couches externes et pénètrent dans le sang. Celui-ci les véhicule alors vers les cellules de tous les organes. L’action de l'huile essentielle va donc se manifester directement sur l'organe correspondant à la zone de peau massée, et s'étendra ensuite à toutes les cellules de l'organisme par propagation dans le sang afin de rétablir ou d'améliorer les fonctions des différents organes.

     Dans le bain : Les bains aux huiles essentielles permettent de profiter des propriétés de ces huiles de deux façons en même temps: à travers la peau et par les voies respiratoires. Lorsqu'on respire la vapeur d'eau, on choisira l'huile essentielle en fonction du résultat que l'on souhaite obtenir : calmant, tonifiant, fortifiant, relaxant, ou énergétique.

  1. En diffusion dans l'air : Il s'agit sans doute de la forme la plus utilisée et la plus simple pour profiter des

bienfaits des huiles essentielles. L’odeur des huiles essentielles stimule des cellules olfactives présentes dans notre nez. Ces cellules vont produire un courant électrique qui est transmis au cerveau où ces odeurs sont analysées, reconnues. Elles ont alors la capacité d’agir sur notre comportement, nos émotions, nos désirs. L’huile essentielle diffusée va avoir des répercussions sur vos émotions. C’est pour cela qu’on utilise les huiles essentielles contre l’anxiété, le stress, le trac, la fatigue, pour se concentrer, etc. Diffuser ces dernières dans l'air ambiant s'avère très efficace pour prévenir certaines maladies, comme les affections rhinopharyngées en hiver, et pour aider contre les maladies infectieuses.

  1. Par voie digestive : La voie orale est principalement utilisée pour traiter les infections internes, des troubles circulatoires ou métaboliques En fonctions des situations, on peut soit avaler  ses huiles véhiculées par un support( miel, comprimé neutre, huile végétale), soit les poser sur ou sous la langue. Les huiles essentielles que l’on avale vont agir au niveau de l‘intestin grêle. Les nutriments, mélangés aux molécules d’huiles essentielles vont traverser la paroi des intestins et rejoindre la circulation sanguine.  Les huiles essentielles, que l’on pose sous la langue, sont absorbées au travers des muqueuses de la langue et de la bouche. Dans ce cas, les huiles essentielles parviennent plus vite dans le sang (cette voie s’appelle sublinguale).

Grossesse et Huiles Essentielles

Des d’idées fausses sur les huiles essentielles, et plus encore sur leur usage durant la grossesse. Parmi elles : « les huiles essentielles sont dangereuses » et « les huiles essentielles sont strictement interdites aux femmes enceintes et qui allaitent ».

Les huiles essentielles ne sont pas dangereuses, elles sont puissantes, ce qui n’a rien à voir. Comme elles sont puissantes, elles peuvent effectivement devenir dangereuses si elles sont mal utilisées. Toutes les huiles essentielles ne sont pas interdites aux femmes enceintes. Certaines d’entre elles, nanties de composants potentiellement dangereux pour la maman ou pour le bébé, le sont effectivement. Mais une bonne trentaine d’huiles essentielles sont parfaitement inoffensives, soit parce qu’elles ne renferment strictement aucune molécule à risque, soit parce que, aux doses préconisées, elles ne présentent pas le moindre danger. Prenons l’exemple de l’essence de citron, antinausée, recommandée pendant la grossesse : pourquoi se passer de ses immenses services sous prétexte qu’il s’agit d’une « huile essentielle » ? Si vous la considérez, à tort, comme dangereuse, alors interdisez-vous aussi le citron, le jus de citron, les zestes de citron dans la cuisine, les citrons confits… cela n’a pas beaucoup de sens ! En raison d’un principe de précaution extrême (si extrême qu’il en devient nocif, une dérive de plus en plus régulièrement décriée par de nombreux experts), tout devient « dangereux donc interdit ». Et ne parlons pas de ce moment de la grossesse, période où les femmes sont encore très infantilisées et traitées comme de petites choses fragiles auxquelles on répond, lorsqu’elles souffrent de petits maux : « Prends ton mal en patience, il n’y a rien à faire. » Bien sûr, souffrez en silence mesdames ! C’est pour la bonne cause…

En automédication, il est formellement déconseillé d'avaler ou d'appliquer des huiles essentielles durant le premier trimestre de la grossesse (certains médecins ou sage-femmes pourront cependant vous en prescrire pour des raisons bien précises).

A partir du 4e mois, un nombre d'huiles essentielles, certes limité mais tout de même pouvant répondre à la plupart des maux quotidiens, peuvent être employées strictement sans aucun risque.

Les huiles essentielles autorisées les 2e et 3e  trimestres

Aucune huile essentielle ne doit être utilisée en automédication pendant le 1er trimestre, sauf avis médical.

Arbre à thé, Basilic, Bergamote (avec ou sans furocoumarines), Bois de Hô, Bois de rose, Camomille, Cardamome, Ciste ladanifére, Citron, Citron vert, Cumin, Estragon, Eucalyptus citronné, Eucalyptus radié, Gaulthérie, Géranium bourbon, Géranium Egypte, Gingembre, Inule odorante, Laurier noble, Lavande aspic ou fine, Lavandin super, Lemongrass, Lentisque pistachier, Mandarine, Marjolaine à coquilles, Marjolaine à thujanol, Myrrhe, Niaouli, Orange, Orange sanguine, Petitgrain, Pin, Ravintsare, Rose, Sauge sclarée, Tanaisie annuelle, thym, Verveine, Ylang-ylang

Liste des huiles essentielles INTERDITES durant la grossesse et l’allaitement

Achillée, Acore, Aneth, Anis étoilé, Angélique, Basilic camphré, Bois de Siam, Cannelle de Ceylan (feuille et écorce)*, Cannelle de Chine*, Carvi, Cèdre*, Curcuma, Cyprès*, Eucalyptus à cryptone, Eucalyptus globulus, Eucalyptus mentholé, Genévrier, Girofle (clou et feuille sauf accouchement), Hélichryse, Katrafay, Lantana, Menthe des champs, Menthe verte, Menthe poivrée, Nard, Noix de muscade, Origan compact et vulgaire, Palmarosa (sauf accouchement), Persil, Romarin à camphre, Romarin à verbénone, Sarriette, Sauge officinale, Tagète, tous les Thym, Thuyat, Valériane des Indes, Verge d'or, Zédoaire

*: sauf avis d'un professionnel.

Règles de base à respecter

  • Une huile essentielle ne doit pas s'appliquer dans ou près des yeux. En cas de projection dans l'oeil, n'utilisez pas d'eau pour rincer (les huiles essentielles et l'eau ne se mélangent pas) mais rincez l'oeil avec une huile végétale (huile d'olive par exemple) et consultez un médecin.
  • Pour conserver une huile essentielle dans de bonnes conditions, il faut éviter la lumière et les gros écarts de température. Conservez-les dans des flacons en verre teinté bien fermés (les composants des huiles essentielles sont très volatils !). Gardez vos petits flacons hors de portée des enfants.
  • Si vous prenez des médicaments en même temps, veillez bien à ce que leur utilisation combinée ne soit pas nocive pour votre santé. Dans tous les cas, faites appel à votre médecin ou pharmacien pour des informations supplémentaires.
  • Respectez les dilutions conseillées pour toute application cutanée. Une mauvaise dilution peut entraîner irritations, traces ou brûlures sur la peau. Avant toute prise orale, lisez bien le dosage et le support conseillé, afin d’éviter une brûlure des muqueuses, et une potentielle intoxication. La voie orale est très efficace mais c'est aussi la voie pour laquelle la toxicité éventuelle des composants des huiles essentielles est la plus marquée. Privilégiez les voies cutanée et respiratoire chez les personnes fragiles.
  • Les femmes enceintes, allaitantes, et les enfants ont généralement des dosages et contre-indications spécifiques. Sans aval médical préalable, aucune huile essentielle ne peut être utilisée avant le début du 4e mois de grossesse. N’hésitez pas à demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien.
  • Chez les enfants de moins de 6 ans, la prise d'huiles essentielles par voie orale est à éviter, sauf si avis médical contraire. L'ingestion est contre-indiquée chez les enfants de moins de 3 ans.
  • Les personnes âgées, épileptiques ou asthmatiques doivent également se renseigner sur les risques potentiels avant toute utilisation d'huile essentielle.
  • Les personnes asthmatiques ou allergiques ne doivent jamais utiliser d'huiles essentielles en aérosols.
  • Les personnes facilement allergiques veilleront à faire un test allergique avant tout emploi d'huiles essentielles.

Vous trouverez pour vous aider dans le fichier ci-dessous, quelques difinitions; exemple: Astringent : qui tonifie et resserre les tissus cutanés

 DEFINITION & PROPRIETES HEDéfinitions-Propriétes-Huiles Essentielles-3.pdf (127.44 Ko)

 

    Notre boutique d'Huiles Essentielles

     http://www.ozen91.com/boutique/do/manufacturers/huiles-essentielles-bio

028c25cb6dc738f file